• Plomb de la Manufacture Royale de

    Sedan 1730 :

     


    Sedan 1730 Voir taille réelle

    Diamètre : 28 mm (hors "anse").
    Poids : 20,48 g.
    Provenance : Hérault.

    Avers : Armes Royales ; (MANUFACTURE ROYALE)...1730.
    Revers : Armes de la ville de Sedan ; (DRAPERIE).RO(YALE).DE.SEDAN.1730

    La Manufacture Royale de Sedan, fut l' une des plus florissantes du Royaume au XVIIIè Siècle.

    "Sous l'influence de réfugiés protestants, une activité drapière existe déjà à Sedan dès le milieu du 16e siècle. Mais il faut attendre le rattachement de la Principauté au royaume de France pour que débute véritablement l'industrie textile sedanaise. Quatre ans après l’acquisition de la place forte par Richelieu, un conseil d’état du Roi daté du 23 juin 1646, accorde à trois marchands parisiens, le privilège de fabriquer "certains draps noirs et de toute autre couleur, façon et manière d’ouvrer telle qu’elle se pratique en Hollande ". Après avoir acquis des terrains dans les faubourgs du Rivage et de la Cassine, Nicolas CADEAU fonde le Dijonval, qui fut jusqu’à l’expiration du privilège, en 1666, la seule manufacture royale de draps fins en France.

    C’est surtout au 18e siècle que la Fabrique Sedanaise connut un formidable essor. De 1710 à 1780, la production de draps tripla. Après les CADEAU, d’autres manufacturiers reçurent les mêmes privilèges : PAIGNON qui acquit le Dijonval en 1711, ROUSSEAU aux Gros-Chiens, LABAUCHE et POUPART, tous deux calvinistes, furent les figures de proue de la draperie sedanaise.
    Derrière ces manufacturiers privilégiés, deux catholiques et deux protestants, les entrepreneurs de chacune des confessions se livraient à une véritable compétition qui fut un des moteurs de notre draperie au 18e siècle.

    A la veille de la Révolution, la manufacture emploie environ 14.000 personnes, dont 10.000 à la campagne, travaillant dans leur maison rurale, véritable ouvroir où l’on tissait et l’on filait la laine.
    "


    votre commentaire
  •  

    Plomb des Salins de Pécais

    (Gard) XVIIIè :

     

    Salins de Pécais
    Voir taille réelle

     

    Poids : 8,70 g.
    Diamètre : 20 x 17 mm.
    Épaisseur : 4 mm.
    Provenance : Hérault.

    Avers : Écu rond, aux armes royales, avec couronne et colliers, azur non indiqué.
    Revers : *  *  SALINS  DE * PE * CAIS

    Plombs de petite taille épais à tunnel double.
    Antoine Sabatier donne ces plombs postérieurs à 1737-1738.
    "Les Salins de Peccais, près d'Aigues-Mortes, alimentaient notamment la ville de Lyon, arrivant par bateaux qui déchargeaient sur la rive gauche de la Saône, côté Empire, au Port d'Ainay, en aval du pont du même nom. Les greniers à sel se trouvaient sur cette même rive, à peu de distance du port.
    Datation proposée: 1737 / 1795".

     

    Les salins gardois de Peccais, tout près d'Aigues Mortes, sont les plus anciens salins de la Méditerranée.
    Ils sont probablement d'origine romaine, datant de l'Antiquité, et leur nom serait l'héritage d'un "ingénieur" romain, Peccius, chargé d'organiser la production de sel au début de l'ère chrétienne.

    Mais il est sûr que l'exploitation du sel avait commencé dès le néolithique et s'était continuée à la période hellénistique.

     

     Plan du marais de Peccais et d'Aigues-Mortes, Gravure de Bellin 1764 : 

     


    Au Moyen-Âge, la consommation et l'usage du sel s'intensifient et les abbayes du sel se développent, notamment l'abbaye bénédictine de Psalmody et l'abbaye cistercienne de Sylvéréal, sur les Salins de Peccais.
    Les moines sont à la fois responsables de l'exploitation du sel et de son commerce.

    Au XIIIe siècle, le sel tient un rôle politique déterminant vis à vis des pays non producteurs.
    La gabelle, créée par Charles Ier d'Anjou, permet un meilleur contrôle de la production et du commerce du sel.

    En ce début du XIIIe siècle, la presque totalité des Salins de Peccais appartient aux Moines de Psalmody, et les vestiges de cette abbaye bénédictine se trouvent sur la commune de Saint Laurent d'Aigouze.

    Grenier à sel médiéval :

     

      Depuis 1290, les Salins de Peccais appartiennent au roi de France et deviennent le site d'exploitation du sel le plus important du littoral méditerranéen.

    L'importance d'Aigues-Mortes, port fluvial et maritime, contribue au développement des salines toutes proches.
    À partir du XVe siècle et jusqu'à nos jours, ce sont les activités salinières qui font prospérer la ville.

    Au XVIe siècle, 16 salines sont recensées à Peccais.

    Au XVIIe siècle, 20 salines sont recensées.
    À la fin du même siècle, les Salins de peccais fournissent le bas Languedoc, le Rouergue, le Lyonnais, la Bourgogne, la Bresse, la Savoie et la Suisse.
    De plus, Henri IV, avec l'aide de son Ministre des Finances Sully, limite la culture du sel par un édit du 16 novembre 1596 afin de lutter contre le faux saunage qui devient une activité courante dans les régions méridionales.
    L'édit stipule que les salins du Languedoc doivent être noyés à l'exception de ceux d'Aigues-Mortes, de Sigean (Aude, 11) et de Peyriac-Minervois (Aude, 11).


    votre commentaire
  • Plomb de Visite/Contrôle de la ville

    de Nîmes XVIIIè :

     

    COL NEM
    Voir taille réelle

     

    Diamètre : 20 mm.
    Poids : 4,73 g.
    Provenance : Hérault.

    Avers : Crocodile au pied d' un palmier, un trait de sol, légende : COL / NEM.
    Revers :
    .. E V ..
              .. I M E ..

    Plomb de visite ou de contrôle, la légende doit être : "VEV A NISMES" pour vu à Nîmes.
    Ne
    concerne pas la fabrication d'étoffes de soie.


    votre commentaire
  • Reste d' Enseigne ?? Étiquette ??

     

    avers
    Voir taille réelle

     

    revers
    Voir taille réelle

     

    Dimensions : 40 x 25 mm environ.
    Poids : 5,69 g.
    Provenance : Hérault.

    Forme rectangulaire, faible épaisseur au centre, reste de lettres = .. P A R ..
    A droite, des motifs, des points ?? Un grènetis ??
    Revers lisse....Pas d' idées très précise sur la nature de cet artefact....


    votre commentaire
  • Plomb à Identifier XVII -

    XVIIIè ?? :

     

    Diamètre : 13 mm.
    Poids : 3,35 g.
    Provenance : Hérault.

    Au dos, un grand L, à l' avers, une sorte de Croix, barrée surmontée d' une étoile Think ???

    Ce plomb ressemble un peu à ceux appelés "Au 4 de Chiffre" : http://franckomas34.kazeo.com/plombs/plomb-d-etoffe-au-4-de-chiffre-xvii-xviiie,a3227990.html

    Mais à part cette ressemblance, celui-ci reste toujours en cours d' identification.......Preneur de toute info, merci  yes !!!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique